Découvrir les offres d'emploisDécouvrir les studios
Voir mon profil

Sabry

Pour ce nouvel épisode, j'ai l'immense plaisir de recevoir Julien Borde, vice-président et directeur du pôle télévision d'ON Kids & Family, qui appartient à Mediawan. Bonjour Julien.

Julien

Bonjour Sabry.

Sabry

Comment ça va ?

Julien

On est ravis de t'accueillir aujourd'hui ici, sur site. Je pensais que jusque-là tu recevais plutôt dans ton studio.

Sabry

Oui !

Julien

Je ne t'ai jamais vu aller dans les studios.

Sabry

En fait, pour la nouvelle formule, nouvelle saison, on a décidé d'aller à la rencontre des invités directement dans leur locaux.

Julien

Bah c'est très sympa. Ça prend beaucoup de place, les gens voient pas, mais ça prend énormément de place dans la salle de réunion.

Sabry

Ah oui, il y a tout un dispositif.Et on remercie l'équipe de réalisation du Studio Majorelle pour leur travail.

Julien

Merci au studio Majorelle.

 

Sabry

Petite question. Pour avoir été du côté programmation et chaîne et aujourd'hui du côté producteur, est-ce que ça vous donne un avantage considérable sur le marché ?

Julien

Considérable, je ne sais pas. L'histoire le dira.

Sabry

Oui.

Julien

En tout cas, c'est vrai que j'ai passé les vingt-cinq premières années de ma vie professionnelle du côté des diffuseurs. Et à programmer les dessins animés pour enfants, à les acheter, à les co-produire. Aujourd'hui, je suis de l'autre côté.

Sabry

Oui.

Julien

Je suis tombé dans la marmite du dessin animé très jeune. J'aime ça, je connais le genre, je connais les programmes Jeunesse depuis très longtemps. Et je connais beaucoup des acteurs qui sont devenus mes interlocuteurs de l'autre côté de la barrière. Donc c'est sûr que c'est mon secteur depuis toujours, je le connais bien, je l'aime, je suis passionné par ce genre. Et on a la chance d'être dans ce secteur dans lequel la passion compte beaucoup, qu'on soit côté diffuseur ou côté producteur.

Sabry

Et puis vous rejoignez une société qui était Method Animation, devenue ON et aujourd'hui qui appartient à Mediawan, mais qui a depuis elle aussi vingt-cinq ans finalement, fait la création de programmes Jeunesse. Plus de mille épisodes produits. On va voir quelques images un peu de tout ce qui est fait chez vous. Qu'est-ce que ça a changé dans la manière de concevoir la stratégie éditoriale finalement, que de rentrer dans un groupe comme Mediawan ?

Julien

Alors le groupe Mediawan a acquis Method Animation en 2018. C'est d'abord la rencontre entre deux entrepreneurs et deux producteurs, que sont Aton Soumache, le créateur de Method Animation, qu'il a fondé il y a plus de vingt-cinq ans, et qui l'a imposé comme une des sociétés leader, comme le principal producteur d'animation en Europe. Et puis de l'autre côté, Pierre- Antoine Capton, qui est donc le créateur, avec Xavier Niel et Matthieu Pigasse, de Mediawan. Donc Mediawan, c'est ce studio européen multi genres, qui a vocation à soutenir, à incuber les talents et à apporter des histoires au monde entier ; des histoires françaises et européennes, au monde entier. Donc c'est de la rencontre d’Aton et Pierre-Antoine, qu’est né Mediawan Animation, dans lequel se trouve aujourd'hui Method, et qui est le studio dans lequel je suis en train de travailler et de monter.

 

Sabry

Cool. Il y a justement une photo là, on va voir, de Pierre-Antoine Capton. Effectivement, Mediawan ça appartient à Xavier Niel et Matthieu Pigasse et Pierre-Antoine Capton.

Julien

Très belle photo du président.

Sabry

Très belle photo, dans les locaux d'ailleurs de tout là-haut.

Julien

Tout à fait. Pas au même étage.

Sabry

C'est pas au même étage, mais en tout cas, on sait que c'est ici. Effectivement, ils ont pour objectif de répondre aux demandes croissantes des streamers en fait. En quelque sorte, c'est vraiment la ligne directrice qui est donnée.

Julien

Oui tout à fait, Mediawan travaille vraiment à la fois pour les acteurs traditionnels, qui représentent toujours une partie importante des contenus que nous produisons, de 10 % à C à vous, à C dans l'air.

Sabry

10 % qui a reçu un Emmy d'ailleurs.

Julien

Hier soir.

Sabry

Hier soir, ouais. Félicitations à toute l'équipe.

Julien

Quelques jours après, pour la diffusion. Voilà, on est très fiers à Mediawan de ce succès de 10%. On fait également du cinéma, avec “BAC Nord” et beaucoup de producteurs de cinéma qui ont rejoint le groupe. Il y a plus de soixante labels de production qui constituent Mediawan aujourd'hui, partout à travers l'Europe. Donc c'est vraiment un des groupes les plus puissants européens.

Sabry

Alors vous, vous avez une carrière assez importante finalement dans le milieu de l'animation. Vous êtes passé parles chaînes de Disney Channel à l’époque, vous avez fait France Télévisions pendant un long moment, avec poste de directeur délégué des programmes numériques aussi, SVOD. Donc vous avez connu toutes ces petites révolutions-là, et suivi de près finalement, l'évolution du marché. Et puis petit passage aussi chez WarnerMedia.

Julien

Ouais.

Sabry

Et là aujourd'hui, des fonctions quand même assez stratégiques, puisqu'il va falloir penser le line up, la stratégie. Alors qu'est-ce que vous avez réussi à concevoir finalement, comme distribution de contenu ; enfin, au sens large du terme ?

Julien

Alors ici, chez Method Animation et chez Mediawan ; donc je suis arrivé il y a un an.

Sabry

Ouais.

Julien

Et on a repris la line up et les productions en cours. On a réorganisé le travail des producteurs, pour donner plus de clarté à la line up de Method Animation. Donc on a redéfini les périmètres de chacun des producteurs. C'est vrai que venant de grands groupes dans lesquels les choses sont très organisées, j'ai eu envie de reconstituer et de ranger un petit peu la chambre -

Sabry

Oui, chassez le naturel, il revient au galop.

Julien

Et de redonner à chacun un périmètre précis. Method Animation est très fort depuis très longtemps ; comme on le disait au démarrage ; sur toutes les réinventions d'univers très connus-Que ça soit le petit Prince, Peter Pan, Robin des Bois... Donc c'est vraiment la spécialité de la maison.

Sabry

On va voir ça un peu plus tard.

Julien

Donc on a créé un département classique, la direction des classiques, qui est dirigée par Olivier Perouse. On a créé un département des originals, où là on développe des IPs from scratch, qui ne reposent pas sur des IPs existantes. Il est dirigé par Camille Oesch,qui développe actuellement Carter et produit "Petronix Defenders”, qu'on verra peut-être un peu plus tard. Et puis on se lance dans l'animation adulte, qui est un peu un retour aux sources, puisque quand Aton avait créé le studio, il avait d'abord produit des films pour les adultes.

Sabry

Tout à fait, ouais.

 

Julien

À la fois “Prodigies”, “Renaissance”, ... Donc des films qui avaient vraiment marqué leur époque. Il se trouve que maintenant, il y a vraiment une demande en télévision pour les séries d'animation pour adultes, et donc on développe de nombreux projets dans ce secteur-là.

Sabry

Ah oui, les séries qui sont en train de cartonner actuellement sur les plateformes, tout à fait, et qui sont destinées aux adultes. Dans tout cet univers, il y a aussi un univers qui cartonne à travers le monde, qu'Aton a ramené ici finalement, avec ON et en partenariat avec Zagtoon ; c'est Miraculous Ladybug.

Julien

Oui, Miraculous Ladybug, qui a des fans partout dans le monde. Et là aussi, c'est une histoire de rencontre, parce que on a la chance d'être dans des métiers qui sont faits autour de rencontres et de talents. Et c'est la rencontre du talent d’Aton et du talent de Jeremy Zag.

Sabry

Oui, qu’on va voir en photo tous les deux. Effectivement, c'est...

Julien

Ah là il y a de belles photos des patrons en fait !

Sabry

Ben ouais, c'est ça. Et oui, c'est un énorme hit à travers le monde.

Julien

Voilà, c'est vendu dans plus de cent-vingt pays. Ça vient donc de cette rencontre entre Aton et Jeremy, avec également toute l'équipe de Miraculous, Lady Bug. Il y a plus de deux-cents personnes qui travaillent partout dans le monde autour de cette série. Très tôt, des partenaires sont arrivés autour du projet. Il y a de bonnes fées autour de Miraculous, comme Disney, TF1, Globo au Brésil.

Sabry

Toei Animation.

Julien

Toei Animation, sur la première série. Donc ils sont des bonnes fées qui se sont penchées sur le berceau de Miraculous, Lady Bug.

Sabry

Et puis qui lui ont porté bonheur...

Julien

Thomas Astruc également, qui est le réalisateur.

 

Sabry

Oui, tout à fait.

Julien

Voilà, qui est également un personnage clé de la galaxie Miraculous, Lady Bug ; qui est co-produit donc entre Zag, et Method Animation. Et que les deux équipes travaillent ensemble pour l’apporter à plus de cent-vingt pays dans le monde. On a dernièrement fait des spéciaux qui ont cartonné ; on visite le monde entier d'ailleurs, puisque notre public est partout dans le monde.

Sabry

Oui, à New York.

Julien

Donc on est allés à New-York, à Shangaï, et on ira dans plein d'autres endroits. Et puis 2022, ça sera une année très importante, puisqu'un film, Miraculous Ladybug, sortira au cinéma.

Sabry

Donc là ils sont en plein dans la production ?

Julien

Ils sont... Dans l'univers Miraculous, Ladybug, on est toujours à fond.

Sabry

C'est clair.

Julien

Et avec Jeremy Zag et Aton Soumache, on est toujours à fond.

Sabry

Ouais, c'est cool. En tout cas, c'est un vrai succès. Moi j'ai toujours été très impressionné par cette franchise qui ne cesse de décoller. On a ici des jouets, et il y a plein d'autres éléments qui sont liés à cet univers. Aussi des rencontres entre les fans et finalement le personnage lui-même sur Internet. Enfin, c'est vraiment très impressionnant et...

Julien

Oui, puis ça représente... Pardon, excuse-moi de te couper.

Sabry

Non, vas-y.

Julien

C'est vraiment ce mélange de savoir-faire et d'images venant de partout dans le monde, qui aboutit à quelque chose comme Miraculous, Ladybug. Il y a des influences asiatiques claires...

 

Sabry

Du manga dans le show, ouais.

Julien

Et on voyage partout dans le monde.Et c'est vraiment très symbolique, très emblématique du succès de l'animation française, qui prend des influences partout et qui en fait des contenus culturels qui plaisent aux enfants partout dans le monde.

Sabry

En tout cas, peut-être qu'on aura l'occasion d'en discuter avec Jeremy et Aton, lorsqu'il y aura le lancement du long-métrage.

Julien

Ils viendront avec plaisir !

Sabry

Ouais, ça serait top !

Julien

Et ça sera beaucoup moins calme.

Sabry

Oui, j'imagine. En tout cas, sur ce que tu as énoncé tout à l'heure, il y a les classiques. Ensuite, il y a les originals, et puis la partie adulte animation. On va faire un petit focus sur les classiques, justement. Tu disais Olivier Pérouse, qui est responsable du département là-dessus.

Julien

Tout à fait.

Sabry

Dans les classiques, il y a évidemment Robin des Bois, la série qui a plusieurs années de diffusion déjà, hein ?

Julien

Ouais, saison 3. C'est une série d'ailleurs que Olivier Pérouse, qui était à la base auteur...

Sabry

Ah, d'accord.

 

Julien

C'est lui qui a écrit la première bible avec son frère de la série Robin des Bois ; qui est donc une série qu'on co-produit avec TF1 avec succès depuis de nombreuses années, puisqu'on est effectivement à la saison 3, qui est passée pendant les vacances de la Toussaint, et qui a fait un carton dans TFOU. Donc on est également partenaires avec la ZDF sur cette série, et c'est aussi un des programmes que les enfants allemands adorent. On est très fiers de Robin des Bois.

Sabry

Ouais on va voir, c'est assez dynamique. On va regarder quelques images.

Extrait Robin des Bois

[...]

Sabry

Voilà, c'est vraiment cool en termes d'image, de scénarisation. Même la réal je trouve est assez réussie. Et je ne savais pas justement, qu'Olivier Pérouse était à l’initiative de ça.

Julien

Tout à fait.

Sabry

Il est monté finalement dans...

Julien

C'est un talent Method Animation quia grandi, qui est d'abord passé directeur d'écriture et puis ensuite producteur. Et donc désormais, il dirige toute cette ligne classique, qui est super importante pour nous, puisque c'est l'ADN de Method Animation ; et que on sait faire ça, on sait réinventer des univers très classiques, que les parents et enfants adorent, mais dont ils vont voir des nouvelles versions, grâce au travail de tous les artistes qui travaillent avec nous. Et il travaille actuellement d'ailleurs sur la ré-interprétation de l'univers d'Alexandre Dumas, les Trois Mousquetaires.

Sabry

Absolument.

Julien

Pour la première fois, les TroisMousquetaires sont des jeunes filles.

Sabry

Charlotte d'Artagnan, ouais. C'est cool, en fait vous avez vraiment ce savoir-faire d'aller chercher, puiser dans les classiques et de les remettre au goût du jour pour un jeune public, en fait.

 

Julien

Tout à fait, c'est l'ADN de Method Animation. C’est comme ça qu’Aton Soumache, à l'époque, a constitué la société.C'est quelque chose qu'il n'a pas inventé, c'est quelque chose qu'un certainWalt Disney a inventé préalablement dans l'animation.

Sabry

Tout à fait. On voit ta passion autour de l'animation sur Walt Disney. En tout cas, c'est un 52x13 minutes en3D qui est prévu pour les Trois Mousquetaires. Et effectivement, c'est porté par Arthur de Pins ?

Julien

Tout à fait. Alors, c'est le design de Arthur de Pins, à qui l'on doit notamment “Zombillénium”, le film qui était très chouette. Il avait fait une très jolie série pour Xilam également, "A Kind of Magic”, qu'il avait de signé. Et là, il nous a fait une bible graphique fantastique autour de la ré-interprétation des Trois Mousquetaires.

Sabry

Ça prend du temps cette création...?

Julien

L'animation, c'est extrêmement long.

Sabry

Non mais déjà la création de la bible graphique. Dès le moment où on se dit on va travailler sur les Trois Mousquetaires et que on passe à...

Julien

Non, ça sur la phase design graphique et bible, c'est vraiment pas la phase la plus longue, c'est plutôt la phase de financement qui peut être un peu lente, et puis la phase de production. On met généralement entre dix-huit mois et trente-six mois à produire une série.

Sabry

D'accord. Et sur le financement, c'est déjà bouclé avec... ?

Julien

C’est en bouclage.

Sabry

En bouclage, très bien.

Julien

Elle a beaucoup de succès, sachant que dans le groupe, on a également Dimitri Rassam, avec Chapter 2, qui est une société de production plutôt dédiée au cinéma, qui fait un grand film en deux opus ; deux films autour des Trois Mousquetaires, avec un casting exceptionnel.

Sabry

Non mais c'est fou ce retour aux sources des Trois Mousquetaires, là. J'ai même entendu parler d'un manga potentiellement aussi, autour de ça.

Julien

Ouais.

Sabry

Mais c'est impressionnant. J'ai discuté aussi avec un scénariste qui a bossé pour Pinocchio. Je le salue d'ailleurs, il se reconnaîtra. Ça c'est pareil, c'est une adaptation j'ai envie de dire, d'un conte mondialement connu quoi. Et là, c'est d'après l'œuvre de Collodi, c'est ça ?

Julien

Tout à fait. On n'est pas les premiers à s'y être tentés à cette adaptation-là, également. Et je pense qu'elle est effectivement très réussie, et puis c'est la première coproduction avec Palomar. Palomar, c'est le principal producteur de fiction en Italie, qui appartient au groupe Mediawan.

Sabry

D'accord.

Julien

Donc on est très heureux d'avoir travaillé avec eux, et ils ont monté un studio d'animation en Italie.

Sabry

Ah, très bien. Mais dans quel tourde son... ?

Julien

Autour de ce projet. Ils sont dans une ville que je ne serai pas déterminer immédiatement.

Sabry

OK, non mais c’est intéressant.

Julien

Mais voilà, ils sont au nord de l'Italie.

Sabry

OK.

Julien

Et je vais les voir là, dans une dizaine de jours. Pendant le confinement, on n'a pas pu aller les voir, on a tout fait à distance. Et là on va les voir avant Noël, pour visiter le studio. Et nos équipes ont travaillé à distance, ensemble, entre la France, l’Inde et l'Italie, autour de Pinocchio, qui est une série qu'on co-produit pour la Rai,pour ZDF et pour France Télévisions. France Télévisions lancera la série à l'occasion des fêtes de fin d'année.

Sabry

C'est un peu la qualité première à avoir ici, c'est d'être à l'aise avec tous les genres différents, parce que on navigue d'un genre à l'autre quand même. Et il faut réussir à mettre ça en musique quoi.

Julien

Alors chez Mediawan, on travailles ur tous les genres. Dans la partie Mediawan Animation, on a quand même un focus et on fait principalement de l'animation, même si on a de l'ambition sur les fictions jeunesse et les fictions adultes, dont on reparlera un petit peu plus loin dans l'entretien, autour de Joann Sfar Magical Society, je pense.

Sabry

On va mettre quelques images et sons...

Extrait

Sabry

C’est canon hein, en termes d’images.

Julien

Merci. La série a démarré en Italie parce que Pinocchio, son pays d'origine, c'est l'Italie. Elle a démarré d'aborden Italie, avant la France. On a même fait...

Sabry

Son papa, c'est Gepetto.

Julien

On a même fait le journal de 20h en Italie avec Pinocchio.

Sabry

Ah ouais ?

Julien

Ce qui est rarissime en France. Ça nous est arrivé quelques fois avec Miraculous, Ladybug. Et donc elle a beaucoup de succès, à la fois sur le service à la demande de la Rai, et sur les chaînes jeunesse de la Rai.

Sabry

Là la cible du programme c'est quoi... ?

Julien

La cible c'est du 4-7 ans, ce qui est une cible un peu plus jeune que ce qu'on fait d'habitude chez Method Animation.

Sabry

OK.

Julien

Et là, on a décidé vraiment de s'adresser également à cette cible-là, qui est une partie importante du marché jeunesse.

Sabry

Que vous connaissez bien vous à titre personnel aussi.

Julien

Le 4-7 ans ?Oui, oui, tout à fait.

Sabry

Je sais pas, à l’époque vous avez fait du développement non, il me semble ?

Julien

En chaîne j'ai ciblé, on va dire, tous les publics enfants, donc il y a eu un moment où effectivement, je me suis beaucoup occupé du préscolaire à France Télévision, quand on a re-dynamisé les Zouzous, à l'époque. Et donc où effectivement, là j'ai lancé beaucoup, beaucoup de production pour ce public-là, sur France 5.

Sabry

Chouette. Bon, donc on a vu Robin des Bois, Pinocchio, les Mousquetaires, dans la partie classique. Il y a aussi le Petit Prince, évidemment.

Julien

Le Petit Prince, c'est Le programme iconique de Method Animation.

Sabry

Exactement.

Julien

L'histoire a démarré je crois en 2005/2006, quand Aton a produit la première série tirée de l'univers du PetitPrince, la première série Télé. Donc c'était à l'époque un 26x26. Y’a même un format où c'était deux histoires de 26 minutes qui constituaient une seule histoire. À l'époque, j'étais à France Télévision, donc Aton m'a vendu cette série. Je disais toujours à l'époque et je le dis toujours, que c'était un certain stade de folie de s'attaquer à une œuvre aussi iconique, une œuvre littéraire, qui veut dire beaucoup pour beaucoup de ces lecteurs. Et on a tous un rapport très particulier à une œuvre comme le petit Prince. Donc c'était une folie, c'était très dangereux, …

Sabry

C’est une œuvre très profonde, déjà en la lisant, mais même en regardant le film.

Julien

Tout à fait.

Sabry

Moi j'étais... Je me souviens encore des frissons que j'avais avec ce film. Et puis d'ailleurs, il a eu un César.

Julien

Tout à fait. C'était très risqué sur la série parce qu'en fait l'histoire a démarré avec cette série animée, qui a été produite pour France Télévisions à l'époque. Et puis ensuite, les équipes de Method ont travaillé avec les équipes de la succession de Saint-Exupéry. Les relations établies étaient très fortes, et donc ils ont également fait un film d'animation qui est celui dont tu parlais, Sabry. Et puis actuellement, donc il y a eu un succès mondial, qui a été multi récompensé. Et puis aujourd'hui, on travaille pour la première fois sur le nouvel...

Sabry

C’était réalisé par Mark Osborne, d’ailleurs.

Julien

Tout à fait. Et on travaille aujourd'hui sur la première itération pré-scolaire, autour de l'univers du PetitPrince. C'est le Petit Prince et ses amis, qu'on fait là aussi pour la Rai, pour la WDR, en Allemagne, et pour France Télévision. Et donc c'est la première fois qu'on emmène l'univers du Petit Prince sur un public de 4-7 ans, dont on parlait juste avant. Et la série est en 2D, ce qui est aussi quelque chose d'assez rare, pour Method Animation. Et c'est les images qu'on a vues juste précédemment.

Sabry

Oui, on va voir juste après les images.

Julien

Mais c'est justement ce passage du film d'ailleurs, qui a donné l'envie aux équipes ici, d'adapter en 2D l'univers du Petit Prince.

Sabry

Ah oui, mais ces passages sont extrêmement poétiques. Et vraiment, j'invite tous les auditeurs et auditrices qui ne connaissent pas encore ce film à le regarder, à le partager en famille, parce que c'est extraordinaire. Et ça mérite tout à fait toutes les récompenses qu’il a eu. Oui, ce que tu disais, c'est l'adaptation en série 2D ;on va avoir une image juste après. À une époque je crois, il y avait quand même l'intention de faire la série en 3D.

Julien

Oui, je pense qu'il y a eu...

Sabry

Et puis après, vous avez décidé finalement de passer en 2D.

Julien

Alors moi je n'étais pas là, autour de la table, mais il y a eu beaucoup de réflexions forcément. Et à l'époque de la première série, on a réfléchi dans tous les sens. C'est le principe quand on prend un sujet comme ça, on ouvre toutes les portes possibles, on jette en l'air plein plein d'idées. Et puis, certaines retombent plus ou moins bien.Donc là, en tout cas, pour l'emmener au public préscolaire, on a choisi d'y aller en 2D, avec cette très belle série.

Sabry

Comment ça se passe justement ces prises de décision, ces moments où on teste les idées, on les jette en l'air et on voit comment ça rebondit ? Concrètement, si j'étais à votre place exécutive dans un groupe comme ça et qu'il fallait vraiment réfléchir à est-ce qu'on fait le Petit Prince en 2D, en 3D, à qui on l'adresse, etc. Ce processus il se déroule autour de réunions, c'est des échanges, c'est une conversation ? Comment est-ce que on arrive à trancher ?

Julien

Alors comme dans toutes les grandes boîtes, comme dans toutes les boîtes, il y a de la réunion. Il y en a plutôt pas mal. Mais c'est des réunions parfois un peu plus hasardeuses que dans les grands groupes.

Sabry

Logique ouais, on est dans quelque chose de créatif.

Julien

Moi c'est mon expérience. Mais ça se fait oui, autour de réunions, autour d'échanges. L'animation par essence, c'est extrêmement collaboratif puisqu'il y a un nombre de corps de métiers différents qui contribuent à la fabrication du dessin animé qui est délirant.

Sabry

Ah bah j'ai fait le tour des locaux. Là on a vu des artistes à l'œuvre et tout, c'est extraordinaire.

Julien

Et donc dans cette première étape-là, il y a déjà des échanges et de la collaboration, au sein des équipes d'abord. Bon, il y a un producteur artistique, qui assure un développement ;avec lequel on échange des idées, le management. Le producteur artistique, il va faire venir un directeur d'écriture, un réalisateur. On va échanger autour d'une potentielle série. Et puis moi, mon métier aujourd'hui, c'est d'emmener ces débuts d'idées et de les présenter aux chaînes, pour voir si elles sont autant emballées que nous par une idée. Donc ça on le fait à plusieurs stades du développement. On peut le faire dans le pré développement, puis dans le développement. Nous, généralement, on aime bien arriver avec déjà pas mal de choses pour raconter l'histoire, et pour susciter de l'envie et de l'enthousiasme chez nos partenaires.

Sabry

Oui, j'ai entendu parler un peu de la manière de faire d’Aton justement, qui aime bien mettre en scène le moment du pitch. Et ça, je trouve ça extraordinairement malin et en même temps juste appréciable parce que, que le pitch soit validé ou pas, greenlighté ou pas, on a passé un bon moment, on a rencontré un univers et tout, et ça c'est...

Julien

Le métier, c'est vraiment de raconter des histoires et ça démarre par le rendez-vous avec une chaîne qui va vous donner le financement, pour réussir à emmener cette histoire auprès des enfants. Et l'histoire démarre vraiment là et on emmène nos futurs partenaires dans cette histoire dès le premier pitch, en fait.

Sabry

Ça doit être chouette. J'aurais bien aimé un jour participer.

Julien

Bah on pourra vous embarquer si vous voulez.

Sabry

Ah ouais, pourquoi pas, avec une petite lorgnette pour regarder. OK, bah en tout cas, voilà pour la partie classique. Il y a aussi la partie originale, dont on a parlé tout à l'heure avec Camille Oesch aux responsabilités. Et là, il y a une nouvelle œuvre développée, qui s'appelle Petronix.

Julien

Tout à fait, Petronix Defenders.

Sabry

Defenders. Et il y a un petit enjeu industriel, on va dire.

Julien

Je sens que tu as envie de faire les mouvements des personnages.

Sabry

Ouais je crois, je suis arrivé je me suis dit allons-y. Non mais il y a un petit enjeu industriel, puisque vous avez un partenariat avec le groupe leader Chinois de jouets Alpha.

 

Julien

Alpha, tout à fait, on est en partenariat avec eux. C'est un groupe qui est notamment à la franchise Super Wings, qui cartonne partout dans le monde. Et donc c'est une idée qui est vraiment née ici au studio, que Camille a développé, travaillé avec des artistes, ici. Et puis on l'a proposé à Alpha, et on a travaillé ensemble la série, pour en faire une franchise que les enfants adoreront. Dans le secteur de la jeunesse, on réfléchit très souvent en termes de franchise. C'est un des seuls secteurs audiovisuels où dès le démarrage d'une série, dès avant la mise à l'antenne, on travaille déjà avec des partenaires industriels, pour que les enfants puissent trouver dans les cours de récré sur les rayons de librairie, tout l’univers avec lequel ils auront envie de jouer.

Sabry

Oui parce qu'il faut anticiper en fait.

Julien

Et ce cas-là, c'est un cas exemplaire, là aussi. On travaillait cette série depuis trois ans avec Alpha.Bientôt, les enfants la découvriront sur les antennes partout dans le monde, sur super RTL en Allemagne, sur Gulli en France...

Sabry

La ligne de production est...

Julien

La ligne de production est déjà lancée.

Sabry

OK.

Julien

Et donc au moment où les enfants verront le dessin animé, et découvriront nos Petronix Defenders qui se battent partout dans le monde, pour sauver les animaux...

Sabry

Et sauver la planète.

Julien

Sauver principalement les animaux.

Sabry

Très bien, très bien. Ah ce sont les animaux.

Julien

Chaque épisode, c’est la préservation d’un animal spécifique. Avec l'idée très sympa dans ce show, c'est qu'ils portent tous des sacs à dos, et que ces sacs à dos se transforment en animaux robots.

Sabry

Ah, d'accord.

Julien

Voilà, ce qui fera de très jolis jouets. Donc c'est une belle série en partenariat avec Alpha.

Sabry

Avec une logique économique...

Julien

Sur M6 en France, Super RTL, et partout dans le monde puisque la série se vend très très bien.

Sabry

Quand est-ce qu’elle sera diffusée pour la première fois ?

Julien

À la fin de l'année prochaine.

Sabry

OK, cool on va regarder ça avec attention. Et c'est des chaînes, plus que des streamers, dans ce cas précis hein, ouais ?

Julien

Là oui, là dans ce cas-là c'est des chaînes, parce que les chaînes traditionnelles sont très importants pour l'exposition pour le monde du jouet.

Sabry

Bien sûr, ouais. C’est ce qu’on avait discuté à une époque avec... Il me semble que c'était dans un épisode il y a assez longtemps, sur Peppa Pig. Effectivement, la télévision est importante dans l'exposition auprès de jeunes publics quoi. Et donc jusqu'où l'équation économique qu’il a derrière, potentiellement. En tout cas, je trouve ça bien et assumé de dire Bah voilà, on a travaillé sur un concept qui derrière, il y a des clients, on a travaillé avec les industriels en amont. Et voilà, il faut que derrière le projet soit viable, et donc on met toutes nos chances...

Julien

On met toutes les forces possibles derrière un projet de ce type-là, oui.

Sabry

Ouais, c'est top. Il y a d'autres originals dont on peut parler ... ?

Julien

Il y a un second original, qui est aussi très prometteur, qui s'appelle Carter, qui est le titre de travail. C'est une forme de Super Mario pour les 4-7 ans, avec une bande de jeunes filles qui...

 

Sabry

Elles se promènent en karting à travers le monde, ouais.

Julien

On n'a pas de visuel je crois.

Sabry

On n'a pas de visuel encore, ouais. OK.

Julien

Ça c'est parce que quelqu'un garde les images pour ne pas les révéler à nos concurrents.

Sabry

On lui fait un petit coucou.

Julien

On ne citera pas son nom. Mais elle a raison, cela dit elle a tout à fait raison.

Sabry

Ben tout à fait, elle fait très bien son métier, on la salue. En animation adulte, on a Raphaël Séjourné qui chapeaute ces initiatives. Qu'est-ce qui a été annoncé ? Donc il y a DJAM, il me semble, avec un partenariat avec Universal Music, c'est ça ?

Julien

Ouais, tout à fait.

Sabry

Qui vous offre l'occasion de...

Julien

Ouais, l'idée c'est de faire une anthologie musicale, en faisant une rencontre entre les grands réalisateurs d'animation et des grands titres musicaux, que seul Universal Music pouvait nous apporter. Donc on travaille avec Universal Music France ce projet, qui ressemblera à une collection de mini-movies, finalement. C'est plutôt destiné à une plateforme de streaming, et on aura une quinzaine de mini-movies, autour de grands titres du répertoire musical d'Universal Music.

Sabry

Donc c'est la naissance de ce titre finalement...

Julien

Non, c'est l'histoire personnelle d'un réalisateur, avec ce titre.

Sabry

Ah, d'accord.

Julien

Donc il va prendre un titre et il va en faire un film inspiré par sa propre vie.

Sabry

D’accord.

Julien

Et on a la chance de travailler avecMichael Gracy, qui est le réalisateur de The Greatest Showman, qui orchestre l'ensemble de cette opération-là, puisqu'on va travailler avec quinze studios d'animation différents, et quinze réalisateurs différents. Il faut bien l’imiter, il faut bien un chef d'orchestre ; et c'est un chef d'orchestre prestigieux, puisque c'est Michael Gracy.

Sabry

Cool. Dans les longs métrages aussi, vous avez des choses que...

Julien

Et sur l'animation, si je peux me permettre...

Sabry

Oui vas-y, je t’en prie, vas-y.

Julien

Dans ce tiroir-là, Raphaël travaille également quatre ou cinq très jolis projets d'animation adultes. Comme tu le disais toi-même, c'est un secteur qui vraiment explose en ce moment auxÉtats-Unis. Aux États-Unis, la production d'animation adultes a dépassé envolume la production d'animation pour enfants. Et quand tu rajoutes en plus l'anime, qui est plutôt destiné à l'adulte également, on voit que l'animationn'est vraiment plus qu'une histoire pour enfant.

Sabry

Et tant mieux d'ailleurs. Oui, c'est vrai que là on est en train de vivre une sorte de révolution. On en avait parlé avec...

Julien

En même temps, on pouvait se douter qu’après des années et des années où les enfants ont regardé des dessins animés, ils sont tellement à fond dans l'animation depuis très jeunes ; c'est tout à fait normal qu'ils aient envie de continuer à apprécier le genre.

Sabry

Et puis il y a d'autres longs-métrages sur lesquels vous bossez, et qui seront aussi appréciés par les adultes.Il y a le Petit Nicolas, évidemment.

Julien

Tout à fait.

 

Sabry

Ça c'est encore...

Julien

Ah ça c'est formidable, c'est un film qui est produit par Aton Soumache.

Sabry

L’œuvre de Sempé et Goscinny hein ?

Julien

Oui, c'est l'histoire de la naissance du Petit Nicolas et le biopic croisé finalement, entre Sempé et Goscinny, l'histoire de la rencontre entre Sempé et Goscinny, coécrit par Anne Goscinny.

Sabry

Ça sera réalisé par Amandine Fredon et Benjamin Massoubre.

Julien

Vous êtes très bien informé.

Sabry

Oui. Et c'est... Le petit Nicolas, juste pour la petite histoire, c'est une bande dessinée qui date de 1955, tout de même, qui avait été éditée pour la première fois dans une petite revue hebdomadaire, qui s'appelait Le Moustique. Et aujourd'hui ben regardez, c'est rentré dans le patrimoine culturel français, mais même au-delà. Donc c'est chouette, on a hâte de voir ça.

Julien

Et puis, on a une histoire avec lePetit Nicolas, puisque la série animée le petit Nicolas a été produite il y aune dizaine d'années aussi. Elle avait été écrite par Olivier Pérouse d'ailleurs, dont on parlait précédemment.

Sabry

Ah oui.

Julien

Et donc Method Animation a déjà produit une série animée du Petit Nicolas. On a une très bonne relation avec les ayants droit et avec Anne Goscinny. On est ravis de proposer ce film au public en 2022.

Sabry

Autre film en biopic croisé, c’est celle de Marcel et Monsieur Pagnol.

Julien

Voilà, avec Sylvain Chomet, une signature incroyable de l'animation française. Après, Les tTriplettes de Belleville.

Sabry

Les Triplettes de Belleville, magnifique. Pour ceux qui ne l’ont pas vu, pareil, il faut absolument le voir.

Julien

Voilà, un talent français dont on va apporter la nouvelle œuvre à l'international, à travers ce biopic de Pagnol qui est très, très prometteur.

Sabry

Marcel Pagnol, 1895-1974. Et évidemment c'est l'auteur de Manon des sources, La Gloire de mon père, le Château de ma mère. Je le fais avec l'accent, parce que...

Julien

Parce que tu veux prouver que tu as de l'accent. Je disais à Sabry que à la radio, en podcast, je n'entendais pas son accent. Là effectivement, on entend son accent.

Sabry

Donc je le prononce un peu plus. Mais à Bayonne, ceci dit ; parce que tu es originaire de Bayonne ; il n'y a pas du tout d'accent ?

Julien

Il y a de l'accent, mais je l'ai perdu après quelques années parisiennes.

Sabry

Au fur à mesure, ouais, ouais. Moi je suis un résistant. Bon, bah deux longs métrages en classique 2D, qu'on a hâte de découvrir. Et puis, évidemment, dans les univers que vous développez ;au même titre que vous l'avez développé avec Jeremy Zag, autour de Miraculous ;il y a un nouvel univers qui est en train de s'entrouvrir. C'est celui de Joann Sfar.

Julien

Tout à fait. C’est le deuxième studio de Mediawan Animation, c'est Magical Society.

Sabry

Tout à fait.

Julien

Qui est une société fondée par Joann Sfar et Aton Soumache, et qui a pour vocation d’emmener au public partoutd ans le monde, l'univers ultra créatif de Joann Sfar.

 

Sabry

Ultra créatif, très profond, avec beaucoup d’interconnexions, d'ailleurs.

Julien

Voilà, c'est un vrai multivers avant l'heure. Je pense qu’avant Marvel, Joann avait inventé et conçu le multiverse. Et donc on a plus d'une quinzaine de projets qui sont dédiés, et qui visent les enfants, mais pas seulement. Les enfants, les adultes, les familles, en animation et en fiction. Fiction pour adultes, également. Donc c'est extrêmement riche et varié.

Sabry

Ouais.

Julien

On produit la première série animée pour enfant pour le coup, qui s'appelle Monsieur Crocodile, adapté d'un de ces très chouettes livres. Donc on le fait pour France Télévision. Et à chaque fois, on part avec l’ambition... On est tous très fan du travail de Joann ; on l'emmène, on le transcrit en 3D, puisqu'il a un trait très spécifique.

Sabry

Oui, tout à fait, ouais.

Julien

Et donc on aurait pu faire le choix de la 2D, mais on pense que pour l’apporter à un public international, c'est très important de passer par de la 3D...

Sabry

Mais je me souviens de PetitVampire. Justement, il y avait cet enjeu de passer de son style 2D, à quelque chose qu'on peut mélanger avec la 3D, etc. Et ça avait été assez bien réussi.

Julien

Ça avait très bien fonctionné.

Sabry

On va regarder d’ailleurs des images, parce que pour ceux qui ne l’ont pas vu, pareil, il faut absolumentvoir ce film, Petit Vampire.

Extrait Petit Vampire

[...]

Sabry

Vous voyez, c'est vraiment magnifique. Et c'est fou, parce qu’effectivement, le dessin de Joann au début, c'est quand même assez lâche, il y a ce côté un peu spontané, etc. Et puis là, on a réussi à traduire ça...

 

Julien

Ouais, c'est un travail formidable, qui avait été démarré dans le Studio Autochenille, avec Antoine Delvaux, qui nous a rejoint depuis, qui s'est occupé de toute la production du film, et qui est désormais d'ailleurs le producteur de cinéma de ON Classics, qui est notrelabel cinéma.

Sabry

Tout ce beau monde gravite en fait...

Julien

C'est le multiverse.

Sabry

On ne change pas une équipe qui gagne, c'est le multiverse Mediawan. Très cool. En tout cas, je suis content de témoigner de ça parce que finalement, peut-être que dans dix ans, j’amènerai mes enfants dans l'univers de Joann Sfar, autour d’un... Je sais pas, soit un univers de jeux, ou alors de nouvelles œuvres à découvrir, ou...

Julien

Sans doute. En tout cas, c'est l'ambition de populariser encore plus.

Sabry

Ouais voilà, c'est ce que...

Julien

Les Français l’aiment déjà beaucoup.Il a beaucoup de succès en Europe, il a du succès à l'international. Mais l'idée, c'est de l’apporter encore plus loin et à travers les plateformes, d'emmener son univers ultra original, pour divertir les publics partout dans le monde.

Sabry

Vous êtes content d'être côté producteur alors ?

Julien

Je suis ravi. C'était un... Bon, quand on fait vingt-cinq ans de diffusion, et que pendant vingt-cinq ans on assemble les grilles de programmes pour les enfants, il y a un moment où on a envie de jouer encore davantage avec les jouets et d’être encore plus associé àla création des jouets. Donc c'était une envie, une ambition depuis longtemps.Et puis Antoine Capton et Aton Soumache m’ont permis de la réaliser avec une équipe géniale. Et donc il y a une feuille de route enthousiasmante, c'est un super moment pour l'animation française, puisque l'animation n'a jamais été aussi haute. Vous savez qu'en termes d'emploi, on pense que dans 2-3 ans, on aura plus de 10 000 personnes qui travailleront dans l'animation.

Sabry

Absolument.

 

Julien

Les plateformes cherchent du contenu et tous les chakras éditoriaux sont ouverts. Pendant longtemps, l'animation était réduite à un segment de l'animation pour enfants. Désormais, on peut faire des séries préscolaires, des séries pour adultes, des séries pour des publics très différents, du documentaire en animation. On a des projets avec certaines sociétés du groupe, donc il y a un champ éditorial extrêmement intéressant et innovant et créatif, qui s’ouvre.

Sabry

Bah c'est super, c’est très encourageant. Moi je souhaite aussi finalement, qu'on fortifie toute cette industrie et qu'on la rende encore plus belle, encore plus solide, pour conquérir lemonde hein, j'ai envie de dire.

Julien

On est plein d'ambition.

Sabry

Non mais c’est bien. Et en plus, la chance de l'animation, c'est que tout est possible. Très honnêtement, là où faire un Game of Thrones, ça prend vraiment du temps et des ressources, etc., en animation, on peut avoir des ambitions très importantes et avec des moyens... Voilà, pas limités, mais plus rationnels, on va dire.

Julien

Oui.

Sabry

Et ça, ça ouvre complètement le champ des possibles, je trouve ça extraordinaire. Donc on n'a pas fini de se régaler pendant les décennies qui arrivent. Est-ce qu'il y a un petit conseilq ue vous avez envie de donner aux jeunes qui démarrent dans cette industrie ?

Julien

J’aurais dû préparer cette question. Je t’ai entendu souvent... et je n'ai absolument pas préparé cette question.

Sabry

Non mais, finalement... ou alors, qu'est-ce que vous avez appris au fur et à mesure de ces années sur...

Julien

Non non, le conseil que je donnerais aux plus jeunes, on va dire, c'est vraiment d'avoir pour moteur sa propre passion et de ne pas hésiter à faire des choses très très différentes. Ce que je dis toujours aux plus jeunes quand ils arrivent dans des équipes, c'est quesurtout, il faut faire un maximum de choses très différentes, à l'origine, et ne pas hésiter à avoir des expériences très variées, dès le début d'un parcours professionnel. Parce que la France, c'est un pays assez cloisonnant, dans lequel on peut avoir une petite tendance à être mis dans une petite boîte et à rester dans cette petite boîte-là. Donc il faut éviter ça, il faut multiplier les expériences, les points de vue, les rencontres.

Sabry

Quitte à ce que ça soit douloureux ou que des fois ça soit des erreurs, etc., ouais.

Julien

Tout à fait, quitte à ce que ça soit douloureux parce que ben, on est dans des métiers ultra collaboratifs, ultra participatifs.Il faut vraiment bouger au maximum et l'animation, ça offre vraiment ça. Puis je pense qu'une initiative comme la tienne, ça va nous permettre aussi de recruter. L'animation a besoin de jeunes talents dans tous les métiers de la partie dans laquelle moi je suis resté pendant vingt-cinq ans, c'est-à-dire la diffusion, la programmation, c'est des métiers très spécifiques. L'achat, le commissioning de contenu, ce sont des métiers spécifiques à la production, dans lesquels, là aussi, il y a mille métiers, plus ou moins de technique.

Sabry

Et surtout énormément de demande, c'est-à-dire qu'aujourd'hui, il faut expliquer aussi aux jeunes qui adorent l'animation et qui ont un petit talent de dessin ou autre ou technique, allez vers ces métiers-là. Il y a plein de formations, il y a même des formations gratuites.

Julien

Il ne faut pas hésiter à rentrer dans la maison d'animation, personne ne le regrettera.

Sabry

Exactement, et en plus on a des vrais besoins, donc allez-y, c’est une super filière.

Julien

Merci à toi, avec Animashow, de populariser la filière.

Sabry

Ah non mais c'est avec grand plaisir, ça c'est clair. Merci infiniment Julien.

Julien

Merci Sabry.

Sabry

J'ai adoré discuter de tous ces éléments avec toi. Et puis voilà, c'est top de voir un peu l'articulation d'une stratégie autour des contenus. Vous avez énormément de choses qui arrivent. Eton sera ravis de découvrir ça, donc merci encore une fois.

Julien

Merci Sabry, et merci à toutes tes équipes, à bientôt !

Sabry

Bah oui, merci à eux aussi. Un grand merci à tous les auditeurs et auditrices d'écouter ce podcast jusqu'au bout, et merci de partager Animashow à vos proches et à vos amis. Pour connaître nos prochains invités, suivez-nous sur Animashow France sur Instagram, et on compte sur vous.

À bientôt, merci infiniment.

 

L'interview en vidéo